lundi 6 mars 2017

VIII-3 - L'un arbore une cravate





VIII-3


Voici :
L’un arbore une cravate bleue
Sur une chemise jaune
Et un ventre proéminent
Il ferme sa parka
Jette un regard alentour
Au buffet des courants d’air
Puis il s’en va

Voici :
Certains rient
D’autres entretiennent 
Une conversation feutrée


L’homme aux semelles de vent
Rêve de son Abyssinie
Devant une tasse vide
Dans l’attente
D’un voyage au loin




© Xavier Lainé 2017 - Pronoms indéfinis, recueil inédit II - Tu

Octobre 2002 – Décembre 2005
Manosque - Aix - Paris - Liège - Forcalquier - Tourtour - Chaumont-Gistoux – Volstroff – L’échalp – Abriès – Saint Saturnin les Avignon

dimanche 5 mars 2017

VIII-2 - Deux plus âgées





VIII-2


Voici :
Deux plus âgées s’assoient et déambulent
Au buffet des courants d’air

Voici :
Deux fument
Les autres trinquent
Tous attendent
Au buffet des courants d’air

Voici :
L’un se lève l’autre te regarde
Tu traces sur la page des mots quotidiens
Des lettres de sang transpirent
Derrière chaque personnage
Dehors le temps gris recouvre la Méditerranée

Voici :
L’un téléphone
L’autre tire sur une paille
L’une lit son journal
(le même que le tien d’ailleurs)
L’autre pianote devant son écran
Deux discutent devant leur café
Deux autres en silence
Sont rejointes par une troisième


L’homme aux semelles de vent
Rêve de son Abyssinie
Devant une tasse vide
Dans l’attente


D’un voyage au loin



© Xavier Lainé 2017 - Pronoms indéfinis, recueil inédit II - Tu

Octobre 2002 – Décembre 2005
Manosque - Aix - Paris - Liège - Forcalquier - Tourtour - Chaumont-Gistoux – Volstroff – L’échalp – Abriès – Saint Saturnin les Avignon

VIII-1 - L'un arrive








VIII-1

Voici :
L’un arrive et s’assoit à l’écart
Au buffet des courants d’air

Voici :
Deux arrivent
L’un comme le premier
Ouvre un ordinateur portable
L’autre ouvre un cahier de brouillon
Le premier range son informatique
Le précédent effleure les touches

Voici :
Deux femmes s’assoient face à face
Au buffet des courants d’air
Une autre vient
Hésite
Puis s’éloigne
Sans doute le vent froid
L’une se découvre
Puis se recouvre
Dans un sourire
Elle use de ses manières féminines


L’homme aux semelles de vent
Rêve de son Abyssinie
Devant une tasse vide
Dans l’attente
D’un voyage au loin




© Xavier Lainé 2017 - Pronoms indéfinis, recueil inédit II - Tu

Octobre 2002 – Décembre 2005
Manosque - Aix - Paris - Liège - Forcalquier - Tourtour - Chaumont-Gistoux – Volstroff – L’échalp – Abriès – Saint Saturnin les Avignon

jeudi 2 mars 2017

VII-3 - Des yeux d'enfant





VII-3

Des yeux d’enfant dans cette gare
le regardent et il pleure

Il pleure en dedans

Des nuées dehors rient
de le voir voler ainsi
ailes engluées
des clous plantés dans les paumes

Les mois passent
tu n’as pu voler un instant
Pour ce il te fallait partir d’un pas résolu
Malgré
Des yeux d’enfant dans cette brume
Un regard qui te cloue les paumes
Au sang de ton devenir

Tu peuples les pages de tes nuits
le cœur écartelé à la veille d’une guerre
Tes mains sanglantes se tendent
Des yeux d’enfant dans cette brume
pleurent le silence d’une page obscurcie


© Xavier Lainé 2017 - Pronoms indéfinis, recueil inédit II - Tu

Octobre 2002 – Décembre 2005
Manosque - Aix - Paris - Liège - Forcalquier - Tourtour - Chaumont-Gistoux – Volstroff – L’échalp – Abriès – Saint Saturnin les Avignon

vendredi 24 février 2017

VII-2 - L'homme aux semelles de plomb







VII-2

L’homme aux semelles de vent
a du goudron sur les ailes
le voici cloué à la poutre maîtresse
les ailes écartées pour faire face au bonheur
clouées inutiles et aphones

Des yeux d’enfant dans cette brume
Des yeux d’enfant dans cette brume
lui arrachent encore une larme
furtivement effacée

L’homme aux semelles de plomb
Aimerait s’endormir d’un sommeil léger

Il vole enfin un instant
au buffet d’une gare
Il vole enfin un temps
par la grâce du voyage

Des yeux d’enfant dans cette gare
le regardent et il pleure

Il pleure en dedans


© Xavier Lainé 2017 - Pronoms indéfinis, recueil inédit II - Tu

Octobre 2002 – Décembre 2005
Manosque - Aix - Paris - Liège - Forcalquier - Tourtour - Chaumont-Gistoux – Volstroff – L’échalp – Abriès – Saint Saturnin les Avignon








vendredi 17 février 2017

VII-1 - Les mois passent





VII-1

Les mois passent
tu n’as pu voler un instant
Au diable qui agite ton existence
Aucun mot arraché au quotidien
Aucune image défaite de ces journées
Aucun son dans l’obscurité hivernale

Les mois passent
tu n’as rien fait que courir
Après le temps après l’argent après toi-même

Tes semelles de plomb
Te rivent au désert
Te rivent aux berges
D’une vie vide

En un mois tu n’as rien volé donc
Tes ailes engluées de mazout
Ont scellé ta plume au silence ordinaire

Ainsi vont tes amis
Ainsi vont tes parents
Ainsi vont tes enfants

Leurs ailes définitivement atrophiées
Les maintiennent à l’orée d’un siècle
Mystérieusement identique au précédent

Les mois passent
tu n’as abordé nul désert


Sinon en des nuits agitées de songes


© Xavier Lainé 2017 - Pronoms indéfinis, recueil inédit II - Tu

Octobre 2002 – Décembre 2005
Manosque - Aix - Paris - Liège - Forcalquier - Tourtour - Chaumont-Gistoux – Volstroff – L’échalp – Abriès – Saint Saturnin les Avignon

dimanche 12 février 2017

VI - Le lundi matin





VI

Le lundi matin
(c’est comme ça chaque semaine)
Tu as le cœur qui saigne
Tu as le coeur de plomb
Tes pas sont plus lourds

Le lundi matin
(c’est comme ça chaque semaine)
Tu croises des regards fuyants
Tu croises des regards obstinés
Tu croises des regards absents

Le lundi matin
(c’est comme ça chaque semaine)
Et surtout l’hiver
Engoncé dans ta veste du Tibet
Un keffieh enroulé autour du cou
Tu as le cœur hagard
Et le regard qui pleure
Tu laisses ton enfant
Tu te souviens
« Nos enfants ne sont pas nos enfants »
Disait le prophète

Mais
Le lundi matin
(c’est comme ça chaque semaine)
C’est dur à admettre
Plus dur
Que chaque autre matin.



© Xavier Lainé 2017 - Pronoms indéfinis, recueil inédit II - Tu

Octobre 2002 – Décembre 2005
Manosque - Aix - Paris - Liège - Forcalquier - Tourtour - Chaumont-Gistoux – Volstroff – L’échalp – Abriès – Saint Saturnin les Avignon